mercredi 24 décembre 2014

139*

Je profite de ce temps libre qui s'étiiirrrrrrrreeee... Encore un peu d'introspection, aujourd'hui.

J'ai un gros faible pour les céramistes locaux. J'ai eu un vrai coup de cœur pour ces deux tasses, le Yin et le Yang, une pour moi, et une pour lui.

J'ai des souhaits pour 2015. Des vrais, pas seulement des résolutions, non des souhaits. Comme je le disais hier, je sens que ma vie frémit. Il y a des choses sur lesquelles je peux travailler, et puis il y a les autres, celles qui sont soumises au destin. Alors, en 2015, je voudrais...

...vendre notre maison. Et tourner définitivement la page de ces années difficiles, qui semblent s'incarner dans ces quatre murs.

...repenser mon activité professionnelle. Travailler moins, gagner moins, mais vivre mieux.

...raffermir ma silhouette. Parce que davantage que des petits kilos en trop, c'est de manque de fermeté et d'activité physique que mon corps souffre.

...arrêter de me ronger les ongles -__- (sans commentaires).

...opter DE-FI-NI-TI-VE-MENT pour la coup courte ou les cheveux longs.


Et, comme l'année dernière à cette même époque, je vous offre cette délicieuse ballade, qui me fait penser personnellement à mon mari.

Passez un joyeux Noël !

Xo.

mardi 23 décembre 2014

138*

L'année se termine. Les fêtes de fin d'années sont un moment particulier pour moi (et sans doute pour aussi quelques millions de personnes de par le monde, c'est sûr, mais ici je parle de moi). L'éprouvant premier trimestre se termine, nous nous éloignons de la maison pour une immersion familiale (pour le meilleur comme pour le pire) et l'on se retrouve, pour la première fois depuis longtemps, tous les quatre, sans les contraintes de la vie quotidienne.


Cette année, les choses ont un peu bougé pour moi. Et j'en tire de chouettes enseignements.

Je le dis du bout des lèvres, un peu par superstition, mais je crois que j'en ai fini avec la consommation compulsive. J'ai été raisonnable dans mes achats, toujours guidée -freinée?- par l'esprit des {cinq}, et j'ai toujours cherché à m'offrir des pièces dont j'avais envie, qui allaient me servir, et qui allait m'aller. Lorsque je fais le bilan de mes achats de l'année, je me suis rendue compte que j'ai porté et reporté chacune des pièces achetées. Bon, certaines avec plus de plaisir que d'autre, mais toutes ont leur place dans ma garde-robe. Par contre, chose certaine, j'en ai terminé avec la compulsion cosmétique. Et là, j'avoue que c'est vraiment la contrainte des {cinq} qui me tient.

J'ai l'impression d'avoir retrouvé le même rapport au vêtement qu'avant. C'est-à-dire que je le porte parce qu'il me fait plaisir, que je me sens bien dedans (belle-à l'aise-au chaud), et que je m'en fiche de l'image que je rends de moi. Du coup, je sais parfaitement ce que je veux.

Par contre, côté cheveux, mon cœur balance. C'est dingue. Même si je suis ravie de ma coupe courte, de mes cheveux, des soins par-faits que j'ai trouvé et qui m'assure des Good Hair Days jour après jour, j'avoue que je pense encore parfois à une longueur à la Kate Middleton... Même si au fond de moi, je pense que c'est un leurre nostalgique. Le souvenir de cette jeune femme que je fus me hante encore un peu. Et puis je trouve que cette coupe plus courte sied mieux avec celle que je suis devenue (comprendre avec ses petits kilos).


Surtout, moins dépenser à aussi changé mon rapport aux autres, et aux miens notamment. J'ai pu, au fil des mois, apprécier notre sécurité matérielle. J'ai bien dormi, jamais troublée par une dépense folle qu'il n'aurait pas fallut faire, et satisfaite de faire des économies. Nous ne pouvons nous permettre d'être dispendieux, mais l'arrêt de mes dépenses égoïstes nous a permis de tous en profiter.


J'ai encore autre chose à dire. je reviendrai.

Xo.

lundi 15 décembre 2014

137*

Bon, c'est plié :


Un, deux, trois, quatre et cinq : voilà mes cinq achats de l'automne : du velours, du cachemire, du rose, des rayures et du noir. Ils résument assez bien la saison, je trouve, l'automne c'est une saison où l'on passe du nu-pied au cachemire, non?

Pour l'hiver, j'ai déjà quelques idées, huhu, mais je trouve que c'est la saison où je biaise le plus. Entre Noël, mon anniversaire et les soldes, j'explose LARGEMENT le quota des {cinq}, mais je n'arrive pas à me résoudre à faire rentrer mes cadeaux dans cette liste... 

A propos de liste, cette année, j'ai été diaboliquement raisonnable :


minimalist, isn't it ? Mais j'ai décidé de n'orienter les gens que vers des trucs dont j'avais absolument besoin ou follement envie (bon, j'aurais aussi pu mettre une Go-Pro et une lunette astronomique, mais voilà, il faut faire des choix).

J'ai hâte aux vacances. J'ai hâte de faire mes paquets. J'ai hâte de partager ces repas en famille.

Xoxo.

mercredi 10 décembre 2014

136*

Le femme de mon coiffeur tient un corner By Terry dans le salon. Et cet été, en pleine phase no make up, je me suis laissée tentée par ce blush liquide de la marque.


J'avais été charmée par l'article de Noémi sur le Tea to Tan, mais j'avais davantage envie d'un produit qui me servirait toute l'année (lorsque l'on rationnalise ses achats, on fait des choix).

Au début, on patauge. Ce blush est extrêmement liquide, et on s'en met plein les doigts. Mais, très rapidement, on maîtrise, et honnêtement, on ne peut pas se louper.

Le parfum est super agréable, ça marche été comme hiver, je le porte non-stop depuis juillet. Et aujourd'hui, ma routine maquillage est super-minimaliste : Touche Éclat en anti-cernes, poudre libre, blush et mascara.

Voilà, mes achats de l'automne sont terminés;-)

Xoxo.


mercredi 26 novembre 2014

135*

Chic, c'est mercredi! Ça veut dire que j'ai - un peu - plus de temps pour pouvoir poster quelque chose ici.

Alors voilà, nous sommes en automne, pleinement, avec son temps pluvieux et pas vraiment froid, mais un peu quand même, la saison des parkas légères, petits cabans et Chelsea boots. Vous avez pu constater que j'ai privilégié pour mes achats de saison des emplettes de complément. Rien d'absolument nécessaire, juste de quoi redonner un peu de peps à une capsule de saison bien portée.

J'anticipe à présent sur mes achats de l'hiver. Et une pièce s'est imposée :

la bottine fourrée.

Janvier, février et mars sont des mois de caillance absolue. Et j'ai toujours travaillé dans des lieux où un froid de gueux régnait durant ces longs mois d'hiver. Je garde des souvenirs de superpositions de Damart et de gilets, alors que je ne parvenais pas à réchauffer mes pauvres pieds. Et il y a la question des épisodes neigeux, sporadiques chez nous, mais qui posent la question de "Je mets quoi quand il neige???".

Il y a deux ans, j'ai acheté des bottes hautes Palladium sur Ebay, que je porte avec de grosses chaussettes irlandaises (une pointure supplémentaire).

Alors cette année, je me lance dans la quête des boots doublées. Voici ma petite sélection:


1♥ la Motarde Comptoir des Cotonniers : tige en mouton retournée. La classe.
2♥ des motardes Bugatti : marque inconnue, découverte par hasard sur le site de La Redoute. Pas trop hautes, et INTEGRALEMENT doublée d'une fausse fourrure. Le kif total. Une vraie tête de vainqueur.
3♥ les Biker boots de Boden (J'adore Julia Rebaudo). Elles avaient ma préférence, mais comme d'habitude sur le site de Boden, sold out le temps que je me penche sur leur cas.
4♥ un look plus grunge pour celles arborées par Coline. Et puis en noir, non mais hhaaannn, quoi...
5♥ et puis il y a l'e-shop de Aigle. Une marque en qui j'ai totalement confiance et qui colle parfaitement avec mon way of life.

C'est impératif. C'est hiver, je serai correctement chaussée.

Xoxo.

samedi 8 novembre 2014

134*

Bon, la photo n'est pas terrible, mais j'ai un peu la flemme de la refaire...


C'est sans doute mon dernier achat de l'automne... présenté car en fait, c'est de la triche, c'était mon premier achat. Avant même d'ailleurs que l'automne n'arrive, puisque je me suis offert cette marinière pour la rentrée.

Hum.

Rien à dire, elle est parfaite, et suffisamment différente des deux autres pour ne pas avoir le sentiment d'être habillée toujours de la même manière. Avec les bottes cavalières, la marinière est vraiment un de mes vêtements préférés.

Bon samedi!

Xo.

vendredi 24 octobre 2014

133*

Je reprends le cours de ma réflexion d'hier.


Qui suis-je? Où vais-je?

Non, sérieusement, je suis en train de me réapproprier beaucoup de choses. Je re-fais des choses qui sont bonnes pour moi, et je m'oblige à faire des choses, pour qu'elles deviennent des habitudes, car je sais qu'elles sont bonnes pour moi. Elles entraînent une satisfaction, un bien-être physique et/ou psychologique, et honnêtement, je me porte bien mieux.

J'ai recommencé à travailler.

Enfin, je n'ai jamais cessé de travailler, mais j'avais arrêter de placer mon job en priorité. Erreur. Le taf, c'est mon ADN. J'ai toujours été une bosseuse acharnée. D'abord, parce que je n'avais pas le choix, à la maison, c'était comme ça (mon père avait fonctionné ainsi toute sa vie, avec ma mère ils ne voyait pas comment il pourrait en être autrement), et puis très vite parce que j'ai aimé ça, et que j'ai compris que cela pouvait être la Voie de la Paix et de l’Émancipation. Du coup, j'y ai pris goût, et dans mes premières années professionnelles, ce fut mon seul loisir. Je ne me définissais QUE par le travail. Bon, j'ai toujours beaucoup lu, un peu écrit, et je n'ai jamais laissé tomber le cinéma, mais disons que je me réalisais pleinement avec mon boulot, et que ces dernières petites choses me permettaient de ne pas m'ennuyer pendant les vacances.

Et puis nous avons acheter une maison. Avec des travaux. Et les enfants sont arrivés. Et moi aussi j'ai eu envie de m'intéresser au maquillage/à la couture/au tricot/à l'aquarelle/à la photo/à la cuisine. C'est vrai, ça, c'est complètement naze, de ne penser qu'au boulot. Passionnée par son job??? Nan mais allô, quoi! Hein, instit', en plus!!!

-__-

Petit à petit, je me suis vidée de moi-même (je vous interdit de rigoler, pour ces derniers mots, mais aussi pour ceux à venir, merci). Mon job me satisfaisait toujours, mais... voilà, c'était juste mon job. La dingo branchée taf 7/7 avait fait feu. J'étais donc prête pour me remplir avec LE RESTE. La Vraie Vie, quoi.

Les loisirs. Et à ce niveau, je suis une touche-à-tout de génie. J'ai un master en dilettantisme, même. Je ne vais pas passer mon temps à cracher dans la soupe, j'ai passé du bon temps, et j'ai fais de chouettes découvertes. Mais je ne me suis pas découvert de talent (à part celui de pouvoir claquer plein de sous), et j'ai accumulé déceptions et frustrations.

Triste constat.

Je prends du recul depuis quelques mois déjà, et la rentrée est arrivée. Nouvelle école, nouvelle fonction. Je me lance dans le boulot à corps perdu, j'ai un mari à mes côtés qui me permet de m'éclater dans mes nouvelles responsabilités sans culpabilité.

Et j'aime ça. J'ai l'impression de redevenir moi-même. Ça me fait un bien fou. Je retrouve ma trilogie du plaisir (bosser/lire/dormir), et le reste du temps je le consacre à ma famille, et à la maison. Je suis allée au ciné coup sur coup, deux soirs de suite. Et ce week-end, on a des amis à manger.

J'ai encore plein de choses à dire, sur ce "changement de vie". Parce que pour moi, oui, c'est un changement. Mais j'ai déjà assez passé de temps devant mon ordinateur.

Xoxo.

jeudi 23 octobre 2014

132*

Je dirais bien que ça commence à aller mieux, mais... je ne veux pas aller trop vite. Alors la démonstration ci-dessous est peut-être à nuancer.


Réguler, voir stopper sa consommation frénétique, se retrouver maître de ses dépenses et occuper un statut de consommateur responsable, c'est ce à quoi j'aspire depuis quelques (deux, trois?) années déjà. Ça me rend dingue de voir que je suis obligée de faire de l'introspection pour parler de ma consommation, mais voilà, c'est comme ça, et ce petit coin de Toile est un élément comme un autre de cette plongée en moi-même.

Je n'ai pas toujours consommé en excès. Ce n'est pas dans mon éducation, et mes premières années d'émancipation étaient plutôt sobres, compte tenue de ma situation financière. Cependant, pour être tout à fait honnête, le terreau était là : le plaisir de la dépense, de l'achat cher (rouge à lèvre Lancôme à 16 ans), et comme c'était super-mal vu à la maison, je camouflais toutes mes emplettes interdites (paye ton plaisir, tiens...).

Tout a dérapé au cours de cette petite décennie (2006 2014), au cours de laquelle de grands changements personnels se sont couplés à des changements professionnels le tout mâtiné de changements physiques et métaphysiques comme la naissance de mes enfants, sur fond d'avènement d'Internet.

Aujourd'hui, j'ai pris du recul, mais le contrôle de ma consommation est devenu un élément de ma vie important. Un peu comme un hobby, en fait.  Mais ça va, ça me plait. Ce n'est pas évident de classifier ça comme "Centre d'intérêt", mais je ne vois pas où je pourrais le ranger d'autre. Du coup, j'en prends soin, de mon hobby. Je blogue dessus, j'y pense lorsque je cours, avant de m'endormir. Il y a juste que je ne sais pas comment le nommer. C'est un mélange de rehab, mais j'essaye aussi d'en faire un mode de vie, tout en faisant en sorte que ça reste discret. Je ne suis pas "passionnée de shopping", ni "passionnée de mode", ni "addict au fringues/au make up", mais j'adore mes vêtements, j'adore me lancer dans une chasse, ou porter un rouge à lèvres bien rouge.

Pfuit... ce billet est vraiment bordélique. En fait je voulais parler de comment j'avais trouvé du plaisir ces dernières semaines alors que je n'ai quasiment pas dépensé. Pas d'envies, rien.

Bon ben je n'ai plus qu'à revenir.

Xo.

mercredi 22 octobre 2014

131*

Ca y est, je suis repassée par la case "coiffeur".

Bon, je ne suis pas très bonne en selfie.

Ah lala, je l'attendais, ce rendez-vous, depuis trois semaines au moins. J'étais arrivée à la longueur moche, celle qui veut rien dire, qui n'a pas de personnalité, celle qu'on ne peut pas attacher. Et puis il a commencé à pleuvoir, et comme j'adore sortir la tête couverte, ces longueurs qui rebiquaient sous mon chapeau de pluie ont sonné le glas de mon projet de repousse.

Et je le dis bien fort : C'EST TER-MI-NE. Point final, la repousse, c'est fini. Je suis cette brunette à cheveux courts. Oui, c'est mon nouveau moi, je l'habite enfin. Florian, mon coiffeur, y est allé un peu plus fort que la dernière fois, mais c'était à ma demande, et j'avais envie de repousser mes limites. Je suis cependant restée sur mon envie de départ, "un court un peu long avec de la matière dessus et derrière". Un truc que je peux coiffer-décoiffer à l'envi, un truc qui se place avec un côté un peu rock quand même.

J'ai eu ce que je voulais, et la vie est belle. Depuis cependant, certaines petites choses ont changée.


Mon mari boude. Mes enfants, non. "OOoohh (coeurs dans les yeux de mon aîné) belle coupe Maman!"

J'essaie un nouveau produit coiffant : la crème de coiffage Morrocanoil. Il sent hyper bon, mais je reviens sur ce sujet (ne dévoilons pas tout).

J'ai sorti mes accessoires "coupe courte" : le lipstick bien rouge (n°999 de Dior, mon préféré), et mes Wayfarer.

Je peux porter mon chapeau de pluie, et mon bérêt (force 8, hier, le chapeau ne tenait pas, j'ai sorti le bérêt).

Je porte mes lunettes de vue plus rondes.

Par contre, je trouve qu'il est plus difficile d'arborer une bare face avec une coupe courte. Alors je suis en train de repenser ma routine make-up, et de mettre au point un nouveau maquillage des yeux.

Voilà, une bonne chose de faite. Maintenant, il faut que je m'y tienne. jesuisunefilleàchop jesuisunefilleàchop jesuisunefilleàchopjesuisunefilleàchop

Xoxo.

lundi 20 octobre 2014

130*

Et pourquoi pas un slim en velours rose?
Hein, pourquoi pas?


Quand j'ai vu sa couleur et ses petits détails, j'ai eu envie de lui. Quand je l'ai passé, je me suis dit "adopté!". Il est confortable, doux, son velours a des petites rayures, et le rose est juste parfait. Je n'aurais pas pensé porter ce genre de couleur, mais il va avec tellement de chose dans ma garde-robe.

Un chouette achat, un chouette achat d'automne.


C'est un plaisir, de faire à présent du shopping dans ces conditions. Je chéris toujours autant les pièces achetées, j'ai un regard vraiment critique sur l'à peu près, et je prends le temps de choisir, d'essayer si je peux, et de renvoyer si je ne suis pas du tout convaincue.

Bien, bien, je crois avoir bien avancée dans mes achats de l'automne..

Xoxo.

mardi 14 octobre 2014

129*

C'est un temps à Barbour, isn't it?


Hier, c'était tempête sur la ville, un temps idéal pour sortir ma Barbour du placard. Pluie, vent, slim et bottines, une conjonction d'éléments positifs.

Aaaaahhhh, ma Barbour. Dieu comme j'en ai rêvé, de cette parka. Et puis, il y a deux ans, elle est arrivée, juste après les fêtes de fin d'année. Une grosse dépense. La dernière de ma période compulsive, d'ailleurs.

J'ai un rapport assez contrasté avec cette veste. Si j'ai acheté le modèle Bedale, classique de chez classique, je pense qu'en étudiant davantage la question j'aurais gagné à acheter le modèle Utility. Plus cintrée, plus courte. Bon, je me dis que plus tard, je pourrai céder ma veste aux garçons, et m'offrir le modèle plus féminin. Je suis diabolique, hihihi.

En attendant, à chaque fois que je la porte, je l'adore :son amplitude, toutes ses poches. Et puis c'est ma Barbour, quoi (il paraît d'ailleurs qu'on dit mon Barbour?)

Xo.

dimanche 12 octobre 2014

128*

Voici venu le temps des petits cachemires d'Edouard;-)


Je sais que tous les ans, à cette période-ci de l'année, E. Leclerc deale des pulls en cachemire pour moins de cinquante euros. L'an passé, c'était off, je n'en avais pas besoin, mais cette année, le timing est parfait : il me reste du crédit dans ma shopping list!

J'ai choisi les rayures noires et gris souris. J'aime beaucoup les empiècements aux coudes. Un achat nickel.

Bon dimanche!

Xoxo.

samedi 11 octobre 2014

127*

Je suis devenue complétement accro aux produits cosméto pour cheveux.


Ça ne veut pas dire que j'en utilise beaucoup, absolument pas, au contraire, mais c'est une nouvelle quête qui me passionne.

Le thème du jour, c'est le shampoing. Il y a deux ans, j'ai commencé à m'intéresser aux soins clean/bio, et j'ai découvert tout un potentiel de dépenses nouvelles jusque là inconnues. Jusqu'alors, mon shampoing trouvait sa place dans mon caddy entre le lait et la lessive, au mieux, ou alors les mois de liesse je m'offrais un Kérastase.

J'ai commencé par une course à la Biocoop de ma ville, et un flacon-pompe de grande contenance d'un lavant dont j'ai oublié le nom, mais qui a fait parfaitement le job. Et puis après, ben superficielle comme je suis j'ai eu envie de paillettes. Alors, j'ai laissé mes sous chez Christophe Robin, et puis chez Léonor Greyl. J'ai aussi testé une "version pauvre", chez Timoté (attention, je ne scrute pas les étiquettes, alors ce n'est peut-être pas kif kif, sans aucun doute, d'ailleurs), pour le jour où je trouverai ça complétement nul de lâcher autant d'euros dans un shampoing. C'est celui que j'utilise en ce moment, je le trouve même asse facile, il mousse bien, je masse donc moins consciencieusement mon cuir chevelu, ce qui n'est sans doute pas bien, mais c'est que je suis un peu lasse.

Samedi, je vais chez le coiffeur (hip hip hip, HOURRA!!!), et je me réserve le petit nouveau, à la lavande et au romarin de John Masters Organics, au packaging trop classe.

Les deux autres, c'est pour la couleur, que je n'entretiens plus que naturellement, et en fait je m'en fous un peu.  Vu que je ne fais plus de coloration chimique, je n'ai plus "d'effets racines", mes cheveux s'éclaircissent autour de mon visage, mais cela ne me gêne pas.

Mes cheveux vont bien, et cela est très, très reposant.

Xoxo.

mercredi 8 octobre 2014

126*

Ma peau se porte bien, et j'ai trouvé les produits qui me conviennent.



J'éprouve cette routine-du-visage depuis quelques mois déjà, et vraiment, je ne changerais rien. J'ai trop peur de bouleverser ce parfait écosystème, et cela correspond vraiment avec l'envie de minimalisme qui me guide puis plusieurs déjà.

Alors j'utilise toujours le soir la crème lavante Boréade de Noviderm, le soir, pour me démaquiller et me nettoyer le visage. Je n'ai pas -encore?- succombé aux sirènes du double nettoyage (un coup marketing?), je me maquille très peu, je trouve cela suffisant. Après le douche je me sens bien propre.

Ensuite, je mets soit rien du tout, soit une pression d'huile d'avocat mélangée avec une crème hydratante basique. Je ne le fais pas tous les soirs, juste lorsque je sens que ma peau tire un peu.

Le matin, je me réveille avec un coton imbibé de Créaline de Bioderma, et l'émulsion Cleanance de Avène. Et depuis peu, je mets un contour des yeux. J'avais besoin d'un soin plus spécifique pour cette partie du visage (alors que peut-être pas, au bout du compte, qui sait?), et l'huile d'avocat, achetée à la base pour cet usage, était trop riche.

En cadeau, lors de ma commande sur Mademoiselle Bio, j'ai reçu une eau florale à la rose Melvita.le week-end, lorsque je me mets en off, je pulvérise juste quelques pshits sur le visage pour commencer la journée.


Ça marche, aucune prise de tête et ma peau se porte bien. A bientôt 39 ans cependant, je m'interroge sur la pertinence d'un sérum. Je sais ma peau tâchée à certains endroits du visage, elle commence à marquer quelques rides et j'ai des cicatrices d'acné, mais... c'est cher, un sérum, et je me demande si le jeu en vaut la chandelle.

Surtout que je suis vraiment dans une démarche de "vivre avec moins pour vivre mieux". Du coup, je me demande si avec un sérum je ne vais pas créer un besoin. Pourquoi ne pas attendre? La peau capitalise-t-elle vraiment les soins qu'on lui apporte, en dehors de la protection et de l'hydratation?

En attendant, tout va bien. Je n'ai déjà plus d'acné, je ne vais pas commencer à me pencher sur mes ridules;-)

Xo.

dimanche 5 octobre 2014

125*

Ouais, tu parles d'un mouton noir...


Mon premier achat de l'automne a été un achat anticipé, mais totalement à contre-saison. Enfin pas tout à fait.

Tout l'été notre œil a été rincé à l'envi d'Arizona de Birk'. C'est curieux, en pleine saison cela ne m'a fait ni chaud, ni froid. Mes Birk' à moi, c'est les Madrid, ou les Gizeh et puis c'est tout.

En fait, à la base, je cherchais... des chaussons. Bon, je suis un peu une psychorigide du chausson. J'ai toujours préféré aux chaussons ce genre de sandales. Je me souviens même qu'il y a une petite vingtaine d'années, j'étais allée acheter, chez un vieux chausseur de mon bourg d'enfance, une paire de mules à lanières pour homme (à l'époque ça n'existait que chez les hommes, ce genre de chaussures) pour m'en servir comme chaussons. Et depuis, ça m'est resté. En été je les porte nu-pieds, et en hiver avec des chaussettes.

Début septembre donc, on pouvait retrouver le modèle Arizona, à des tarifs tout à fait corrects. J'ai commandé ma paire sur La Redoute, coloris Basalt. Elle est portée, archi-portée. Et je n'aurai sans doute aucun scrupule à les glisser dans ma valise pour Gâvres l'année prochaine;-)

Bon dimanche!

Xo.

samedi 4 octobre 2014

124*



Je n'aime pas ces blogs qui restent longtemps sans billets. On attend, on attend, on s'impatiente, surtout quand il n'y a pas de nouvelles parfois même on s'inquiète.

Un mois donc, sans billet, et pourtant, ce n'est pas l'envie qui m'a manqué, mais le temps, juste le temps.

Depuis le 1er septembre donc, j'ai changé de poste. Je suis enseignante dans une classe de maternelle, et chef d'établissement de ma petite école de trois classes. Et depuis le 1er septembre, je travaille. Voilà. Mon rythme est soutenu, et j'ai la chance de pouvoir beaucoup, beaucoup me reposer sur mon mari pour l'intendance, car je n'ai plus le temps de rien. Mon temps professionnel a phagocyté tout mon temps personnel.

Il me reste cependant mon temps de rêverie. Le soir -rapidement- avant de sombrer dans le sommeil. Encore un peu dans la voiture, le temps du transport. Et puis le temps de ma course à pied. Ben oui, parce que j'ai même laissé tomber la boxe, alors je m'astreint à deux sorties course à pied dans la semaine.

Et ce que je vous livre aujourd'hui, c'est un peu pêle-mêle ce à quoi je pense lorsque je courre.


J'ai rangé ma garde-robe d'été. Enfin, j'ai tourné la page, parce que cet été, je suis parvenue à mettre TOUTE ma garde-robe sous les yeux. J'en reparlerai -peut-être- un jour. J'en suis satisfaite. J'ai tout porté. Je pense que l'année prochaine je m'achèterai un beau Une-Pièce noir, mais pour le reste, ça roule.

Cet été, la question du no make up a pas mal tourné sur les blogs que je lis habituellement. C'est rigolo. Le no make up, pour moi, c'est un peu mon style de vie. Je suis venu sur le maquillage sur le tard, j'avais 34 ans. Bon, j'ai toujours eu un blush, un mascara et de la poudre, mais les achats ont vraiment pris de grandes proportions il y a cinq ans. Et j'ai toujours plus été intéressée par les packaging et les marques, par l'objet de maquillage, que par le rendu sur mon visage. Aujourd'hui, je me maquille tous les jours pour aller travailler, mais de manière ultra-minimaliste. Je trouve que cela m'éclaire. Par contre, je n'ai aucun problème à arborer ma bare face le week-end. Je m'y trouve dans la vérité de ce que je suis.

J'ai presque perdu tous mes petits kilos qui m'alourdissaient depuis des mois. En fait, j'en ai perdu trois sur quatre. C'est pas grand chose, mais j'ai constaté l'amélioration de ma silhouette, et cela me motive de davantage porter attention à ce que je mange. Et cela me pousse lorsque je trouve mes baskets très très lourdes;-).

J'ai pris rendez-vous chez le coiffeur. Pour le premier samedi des vacances. Oui, c'est terminé, le  rendez-vous au débotté chez le coiffeur, surtout que le week-end est bien occupé. Je tourne la page des cheveux longs. J'arrête de courir derrière mon passé. Et j'embrasse cette coupe à la fois longue et courte qui me change tellement la vie. Nous avons regardé dernièrement des vidéos familiales, et j'ai compris que les cheveux longs ne me rendaient pas plus belle. J'étais une autre, c'est tout, à un moment de ma vie qui est passé. Et aujourd'hui, j'ai envie de cette juste longueur, qui est facile à vivre, à coiffer, qui rentre sous mon bérêt ou matche avec mes Wayfarer.

Comme vous pouvez le constater, mes sources d'inspirations restent les mêmes. Je trouve toujours Michelle Williams absolument ravissante (courrez voir la dernier campagne Vuitton!). Et merci à Laure de L'armoire essentielle pour ce petit focus sur Jessica Chastain.

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Je vais revenir très vite pour vous parler de mes derniers achats (c'est l'automne!), de ma routine-soin, de mes cheveux. Du fun de la vie, quoi!

Xoxo.

dimanche 31 août 2014

123*

Hier soir, je suis allée au cinéma. J'essaie de faire baisser le stress de la rentrée, alors grâce à mon mari, je tricote, je cours et je vais au cinéma.


Et c'était bien, c'était drôlement bien! J'ai adoré ce premier film, dis donc, un premier film musical, un vrai, avec une bande-originale que je vais certainement acheter. Et comme on se refait pas, j'ai littéralement été transportée par le look "boyish" de Keira Kneightley, si rafraîchissant mais en même temps si... parfait?! Pantalons 7/8 taille haute, tee-shirts loose, petites robe au genou, boyfriends irrésistiblement usés.

Pour vous mettre l'eau à la bouche, je vous offre un des titres composé par Adam Levine (on les retrouve au casting, lui et ses biscotos;-))



Bon dimanche!

Xoxo.

samedi 30 août 2014

122*

Il fait frisquet, n'est-ce pas? La preuve, j'ai troqué mes tongs pour... mes chaussons, le matin. Cette semaine, il a fait mauvais, mauvais, humide, humide, et je me suis demandée avec quoi alterner mes Converses...

Et puis, un billet sur Instagram, et voilà que je découvre les Boston. Le sabot de Birkenstock. En fait, j'en ai eu, il y a quelques années, c'était mon chausson de l'hiver, que je portais avec de bonnes grosses chaussettes en laine. Mon homme trouvais ça archi-moche. JAMAIS je n'aurais eu idée de sortir, de ME VÊTIR avec ce genre de chaussures. Et puis voilà que je tombe là-dessus :


 Et là, je me dis : pourquoi pas? J'aime particulièrement le look chaussettes noires/Birk' noires...

Cette ballade sur le Net m'a surtout conduit a une bien jolie découverte, le blog Stylonylon de Julia Rebaudo (à gauche, sur le montage). Je suis totalement fan : de la silhouette, , des looks, des photos de cette jolie jeune femme. D'ailleurs, je retourne m'y plonger!

Bon week-end!

Xo.

vendredi 22 août 2014

121*

Curieusement, j'ai tardé à vous présenter ma garde-robe d'été. C'est ma garde-robe possédant le plus de pièces, mais aussi le plus d'erreurs d'achat. Le reste de l'année, je travaille, je préfère donc privilégier le confort et le tout-terrain. L'été, je suis prête à tout.

J'ai cependant fait un GRAND tri dans cette catégorie de vêtements, et s'il demeure encore des pièces que je porte trop peu à mon goût, je suis néanmoins satisfaite du montage que je vous présente :

 Alors ci-dessus : trois robes, une tunique en lin cerise (il manque les leggings que je porte avec, noirs tout bêtes), un pantalon en lin gris, un cargo, un slim corail, un jean blanc, un jean droit, un bootcut, une veste en lin, une en jean et un petit blouson avec des détails jolis (brandebourgs et doublure imprimée;-)).

Et puis encore : un Tee blanc et un noir, quatre tops imprimés, trois blancs, un noir, une chemise en jean, une marinière, un cardigan en cachemire bleu, un cardigan-bricole camel, une paire de sandales, deux paires de Birkenstocks.

Ça fait 28 pièces apparentes. On rajoute donc les leggings, la besace d'été, le Tote bag en tissu, les pièces-vacances, les baskets de demie-saison, la veste de pluie, le foulard et normalement, le compte y est.

Le temps est tellement variable, que je pioche aussi pas mal dans le reste de ma garde-robe. Par exemple, aujourd'hui, c'était installation de ma classe, avec un temps menaçant. J'étais donc en bootcut, Converses, marinière corail-marine et gilet.

Je reviendrai pour une analyse-critique, je pense avoir pas mal de choses à dire sur cette sélection.

Xo.

jeudi 21 août 2014

120*

Aujourd'hui, je reprends le chemin de l'école. Alors, même si on est encore en été, et que j'espère, j'espère de mon cœur avoir une magnifique arrière-saison, j'ai mis au point une petite wish-list qui sent un peu l'automne...


Alors, en cette mi-août au parfum de rentrée, j'ai envie...
1♥des ongles longs et de joooolies mains. J'y crois!
2♥d'un cardigan en cachemire camel. Chez Boden, il ont un coloris Havane Chiné qui me fait de l'oeil;-),
3♥d'une paire de low boots (un modèle Montaigu de chez Aigle, par exemple),
4♥DU sac photo Billingham,
5♥d'une cafetière Bialetti, pour renouer avec un rituel de préparation et de dégustation du café qui me rappelle celui du thé.

Xoxo.

mercredi 20 août 2014

119*

Il y a... une vingtaine de billets, je vous décrivais mon coup de foudre pour une vieille motobéc'. Bon, je vous l'avoue, notre amour a fait long feu.


Nous n'étions vraiment pas faites l'une pour l'autre. C'est vraiment vraiment gonflant, lorsque vous n'arrivez pas à démarrer votre cyclo. Alors, j'ai renoncé, et la vieille mob' a été adoptée par une autre famille.

Mais je persiste, et trouve beaucoup plus neuf -beaucoup plus cher- mais je craque. Je m'équipe, je m'assure, fais les démarches...

...et puis voilà. Le feu sacré m'a quitté. Je tente bien un, voir deux petits tours, mais non. Et puis je pense, beaucoup, à cette enveloppe que nous m'avons accordé pour cette dépense, et pfuit, ça ne me plait pas. J'ai tergiversé tout l'été, puis hier, hop! c'était fait.


C'était clairement une envie complètement irrationnelle. Et surtout, je n'en avais aucun besoin. J'effectue tous mes déplacements en voiture, je suis en permanence avec mes loustics, bref. Je pense que j'ai raté le coche : c'est étudiante à Nantes ou Rennes, avec quinze ans de moins, que j'aurais dû m'équiper. Aujourd'hui, je suis rassérénée et mon deux-roues a trouvé un nouveau propriétaire;-)

Xo.

lundi 18 août 2014

118*

En ce moment, j'ai le moral dans les chaussettes, les nerfs à fleur de peau et les larmes au bord des yeux. Un blues terrible, sans fondements, mais terriblement, terriblement présent.

Alors, je me recentre sur ma petite famille, j'essaie de prendre de la distance, et... je tricote.


J'ai relevé le défi du tricot en "Magic loop", et je me suis tricoté une paire de mitaines, modèle "Fetching", laine Mérino & Alpaga de chez Phildar, coloris Céladon. Je suis fière comme un pou, et ces mailles tricotées les unes après les autres en tirant parfois la langue ont tenu éloignée cette mélancolie qui m'a assaillie tout l'été.

Un jour, sur France Inter, un ancien professeur en médecine reconverti dans la psychologie positive* à comparer le tricot à de la méditation. Je plussoie.

Xoxo.

*Je ne me souviens plus du tout de son nom...

vendredi 15 août 2014

117*

Je n'ai pas de problème avec mon image. Bon, comme tout le monde je pense, il y a des moments où je me plais plus que d'autres, mais dans l'ensemble, je suis en paix avec moi-même.

Sauf, en ce qui concerne mes mains.


Ici, je vous racontais déjà mon histoire de rongeuse, et une fois encore, je me lançais le défi d'arrêter. C'est régulier, parfois ça marche, parfois ça ne marche pas, mais à chaque fois que mes ongles poussent, mes mains sont transformées, et ma confiance en moi gagne quelques points.

C'est beau, les mains soignées, c'est même super classe. J'ai toujours un œil sur les mains de mes interlocuteurs, et je ne peux m'empêcher de rougir en me demandant ce qu'ils pensent en relevant l'état des miennes.

Le plus chouette blog que j'ai suivi sur les ongles, c'est celui de Mimine. Il n'est plus mis à jour depuis bientôt un an, mais j'y retourne de temps en temps pour me repaître de ses sublimes manucures. 

Xoxo.

jeudi 14 août 2014

116*



Une petite ballade, découverte hier soir en regardant le film Upside Down sur Canal+. J'ai adoré les costumes portés par Kristen Dunst, et Jim Sturgess est toujours aussi craquant.

Xoxo.

PS : bientôt un an que je cultive ce petit blog, cela méritait bien quelques arrangements cosmétiques, non?

mercredi 13 août 2014

115*

Une autre manière pour moi de lutter contre le "trop" a été de me remettre à la photographie argentique.

Que celui ou celle qui n'a pas stocké des milliers de photos numériques sur son ordinateur lève le doigt.

Cette consommation pléthorique de clichés non tirés couplée à la relative confiance que j'ai -paradoxalement- dans la durée de vie des tirages numériques fait que j'ai voulu me réapproprier les bonnes vieilles "pelloches". Je suis donc partie en vacances avec mon tout nouveau AE-1 d'occaz, une pellicule couleur 24 pauses, et une N&B 12 pauses.


J'ai tout aimé : la prise de vue, l'attente du développement, et la découverte fébrile des tirages, un peu bleutés en raison d'une pellicule trop longtemps oubliée, mais au grain si particulier. J'ai décidé de les mettre illico dans un album, à l'ancienne.

Xo.

mardi 12 août 2014

114*

Côté cosméto, j'envoie toujours le minimum en vacances, mais j'envoie des trucs quand même. J'arrive à un âge où peu de choses suffisent, mais se révèlent indispensables.


On trouve une protection solaire visage teintée. Recommandée par ma dermato, je n'étais pas très chaude, mais il faut reconnaître que sa préconisation est incontournable. Le produit laisse néanmoins un fini brillant sur la peau, très disgracieux, je pense que l'année prochaine je me renseignerai du côté des produits vendus en parfumerie. Je ne vais pas trainer sur mon mascara (noir & waterproof), la Touche Eclat que j'utilise en anti-cernes (oui, oui, fouettez-moi), un baume à lèvres et un Rouge UNE Beauty. Par contre, je m'attarde un peu sur les nouveautés.

Quelques jours avant mon départ, j'ai glissé dans mon panier, au moment des courses dans mon supermarché, un khôl kajal. C'est parfait pour se tracer un trait de liner, la prise en main est solide et ça s'estompe facilement, au doigt ou au pinceau. Et puis, la veille de mon départ, j'ai craqué pour un flacon de Cheek to cheek de By Terry. Je reviendrai sur ce produit (du coup achat cosméto anticipé de l'automne) parfait pour teindre les joues et les lèvres avec beaucoup de naturel ou subtilement glowy. Je l'adore !

J'ai souvent été le visage nu, ma peau est en bonne santé, et j'ai voulu la mettre en off le temps des vacances. Mais j'étais très contente d'avoir cette sélection sous la main;-)

Xo.

jeudi 7 août 2014

113*

Inutile de retarder le moment du bilan, mes achats de l'été sont faits et bien faits. Je vous présente donc ma capsule d'été 2014 :


On y trouve :
♥un chapeau de marché mou comme il faut et des boucles d'oreilles chatoyantes au soleil,
♥une robe tout confort,
♥une paire de sandales TROP bien,
♥un short en jean EXTRA,
♥des produits de beauté indispensables.

Des achats couverts de superlatifs donc, mais je vous avoue que je suis assez satisfaite de ma sélection. Je porte chacun d'eux avec beaucoup de plaisir, je ne suis pas déçue de leur qualité, et ils se marient fort bien avec le reste de ma garde-robe.

Je reviendrai très bientôt avec un billet spécial rangement, parce qu'en ce moment, nous sommes en train de transformer la "chambre des bébés" en dressing. C'est l'éclate totale, je tri, je jette, je donne. Je suis une boule d'efficacité.

Xoxo.

mercredi 6 août 2014

112*


Une partie de la bande-originale de nos vacances;-)

mardi 5 août 2014

111*

Alors voilà, j'étais en vacances. Je suis allée profiter de l'air bienfaisant de la Bretagne sud, région bénie des dieux tout ce mois de juillet. J'ai fait le plein de soleil, d'air iodé et de glande. Je reviens donc pleine de jus.

Et pour commencer, je vous propose une analyse critique de ma valise de vacances, côté sape.


Depuis la naissance de mon deuxième, j'utilise toujours une petite valise à roulettes pour mes vacances. Elle est un peu plus grande qu'un bagage cabine. J'ai mis deux à trois minutes à la remplir, et je n'ai eu aucune hésitation concernant le choix des pièces. On y trouve :
  • un vieux jean, un jean blanc, un short en jean,
  • une marinière manches longues, un tee manches longues
  • trois hauts manches courtes noir, blanc, camel,
  • deux ensembles tees de mon mec trop petits pour lui+caleçons pour la nuit,
  • un deux-pièces noir, un une-pièce imprimé,
  • une longue robe imprimée,
  • mon tee préféré Abercrombie,
  • une paire de Birk', une paire de spartiates, une paire de tongs,
  • une cardigan en cachemire.

J'y ai rajouté mon dernier achat de la saison, une robe Komodo :


Je suis ravie de mon achat-responsable : c'est une robe en coton et lyocell, donc très facile à vivre et à nettoyer, elle a été fabriquée au Népal et est issue du commerce équitable.  Et achetée dans ma ville, en solde par-dessus le marché!


Je portais, le jour de mon départ, mes Converse et mon ciré, pour cause de Vieilles Charrues. Mais dès le lendemain, l'ensemble était remisé dans les placards pour n'en sortir que pour refaire les valises. J'avais apporté, en plus, ma veste en jean, que je porte généralement le soir, pour sortir.

Il n'y avait aucune pièce de superflue. J'ai eu besoin de tout, et j'ai tout porté. On touche donc à ma perfection. Il faut dire que je connait le spot et son climat par cœur, on y retourne tous les ans;-)

La pièce que j'ai le plus porté c'est mon short en jean. Il est par-fait, je n'ai aucun regret concernant cet achat. Un de mes tee-shirt a terminé à la poubelle pour cause de tâche de décoloration (Javel? sans doute, merci les locataires précédents...), et j'avais oublié mon chapeau, mais sinon tout me collait à la peau, et il y avait zéro prise de tête dans le choix des vêtements le matin.

Je vais essayer de prendre le temps de vous faire un petit billet "Valise de vacances côté cosméto", c'était minimaliste mais aussi drôlement chouette de ce côté-là.

A+!

Xoxo.

vendredi 18 juillet 2014

110*

Je vous avais dis que je vous tiendrais au courant de mes envies, au fur et à mesure qu'elles surviendraient.

Ces derniers temps, elles m'ont un peu laissée tranquille, à vrai dire. Extrêmement sollicitée (hum, si je puis dire) aussi bien professionnellement que familialement, je n'ai pas eu l'occasion de me laisser prendre au jeu du "A quoi donc je pourrais bien avoir envie???". J'ai également mis à profit cette période de soldes pour clore ma capsule de saison, et j'ai eu la chance de bénéficier d'une "cagnotte" de départ qui me permet de concrétiser un chouette projet.

Ça n'empêche que...


...la semaine dernière, je me suis vue filmer et monter les souvenirs de mon été avec ce petit bijou numérique à la main. Heureusement, mon mari en dispose dans son boulot, et j'ai eu l'autorisation d'utiliser une Go Pro pendant quelques jours. Bon. Très chouette joujou, mais voilà, encore du temps à passer derrière un viseur (enfin, façon de parler), alors que je trimballe déjà assez souvent mon Iphone et/ou mon Canon, et encore trop de temps derrière mon ordi pour traiter tout ça.

La deuxième envie se trouvera très certainement en pôle position de ma Wish List. Il s'agit d'un sac photo Billingham. Je range tout mon matos numérique dans un sac LowePro un peu moche il faut le dire, et je cherchais, de loin, un nouveau sac. Hier matin, en revenant des courses avec mes minimen, nous croisons un jeune couple, appareil photo à la main. Le jeune homme arborait une bien jolie besace, que je devenais utilitaire, et qui me décide à les aborder. Ledit sac était un peu kaki, et avait vécu, cela le rendait plus chouette encore. De retour à la maison, j'ai googlisé la marque, et j'ai eu des coeurs dans les yeux. Je pense jeter mon dévolu sur la version small.

Xoxo.

jeudi 17 juillet 2014

109*

Je suis une aventurière. Cet été, je tente...le short en jean.


Alors ça, c'est une pièce qui a totalement été absente de ma garde-robe jusqu'à aujourd'hui. Dingue d'arriver à 38 ans pour se laisser -un peu- aller.

Voilà donc mon nouvel achat-capsule. Je l'ai choisi pas trop trash, un peu loose parce que j'hésitais entre deux tailles, et SURTOUT SURTOUT, sans les doublures de poches qui dépassent. Il vient de chez Esprit, au fait.

Je ne l'ai pas encore porté, j'attends mes vacances (qui commencent samedi). Ce sera le moment de vérité, on verra s'il a sa place de "Basique de l'été" dans ma valise.

Xo.

mercredi 16 juillet 2014

108*

Huhuhu, on dirait bien que j'ai des soucis avec l'arithmétique, ces temps-ci, genre 1+1=1...


En fait, c'est que j'ai commencé à penser à ma capsule d'été biiiiiiiiieeeeeeeeeennnnnnn avant l'été, et que du coup je me suis laissée tenter en amont, en fait. La faute aux magasins aussi, qui te mette des trucs d'été sous le nez en plein mois de mars...

En accessoires de saison, donc, me voilà pourvu d'une nouvelle paire de boucles d'oreilles from BONOBO, qui m'ont irrésistiblement fait penser aux "Cités d'Or" de mon enfance. "AAAAAAAAAHHHHHHHH-AAAHHHHAAAAAHHHAAAAHHHAHHHH, ESTEBAN ZIYAAA", elles sont drôlement chouettes.

Et puis il y a ce chapeau du marché, tout mou, un peu asymétrique, un côté un peu cassé, quoi, qui se propose de devenir mon compagnon de jardinage/festival/plage. Je l'ai arrangé à mon goût, c'est-à-dire le plus nu possible, et maintenant, bah, j'attends de pouvoir le porter. C'est juste que depuis une semaine, le soleil s'en est allé...

Xoxo.

mardi 15 juillet 2014

107*

Je déserte, je déserte... le travail s'est accumulé ces dernières semaines, et j'ai choisi de m'y jeter à corps perdu. A présent, je suis en vacances, mais nous partons en fin de semaine, et nous avons choisi de consacrer cet été à la concrétisation d'un nouveau projet personnel. Alors on verra, je vais essayer de programmer au moins un billet hebdomadaire, histoire que vous ne me quittiez pas définitivement.

Au menu du jour... TA-DAAA! L'achat cosméto de la saison :


Ok, ok, je triche, c'est deux pour un, cette fois-ci, je suis faible... mais quels achats! Pas un jour depuis leur achat sans que je n'ai porté soit l'un, soit l'autre, soit les deux.

Le Baume Lèvres de UNE est un parfait compromis entre le baume et le Rouge à lèvres, il teinte vos lèvres avec une bonne couvrance et finit un maquillage quotidien discrètement mais très efficacement. Quant au Living Luminizer... J'ai découvert ce produit-phare de RMSBeauty sur le blog de Jessica Grandoni, et n'ayant plus de problème d'acné, je l'utilise avec plaisir quasiment tous les jours. Sous le soleil, c'est hyperjoli.

L'achat cosméto de saison a pour moi été l'occasion de tester des produits "clean", et j'ai veillé à ne pas faire de doublon dans ma trousse.

Xo.

samedi 28 juin 2014

106*

Aah, mais je suis d'un courage et d'une détermination qui frisent l'héroïsme!

Je pratique le Retour.


Vous vous souvenez de mon envie de petit cardigan? Bon, ben 48 heures plus tard, j'ai finis par y succomber. J'ai donc commandé un petit cachemire "Rose extravagant" chez Boden, que j'ai reçu une semaine plus tard.

L'attente m'a cependant permis de bien réfléchir à cet achat, et au bout du compte, je savais que dès la réception je prendrais le chemin de la Poste avec mon bon de retour.

Pourtant, AAAaaahhh, qu'il était mignon, le petit cardigan  de Gaëlle... Manches 3/4, coupe raccourcie, finitions parfaites et couleur sublime! Mais voilà, je savais qu'on était dans l'achat un peu cher, et totalement superficiel. Je l'aurais porté, c'est certain, mais au fond de moi je savais qu'on était dans l'achat impulsif. Bref, quand il y a un doute, c'est qu'il n'y a plus de doute.

Je n'ai aucun regret de l'avoir fait, comme c'est un classique de chez Boden, et que je suis ravie du cachemire "d'hiver" que j'ai de chez eux, je pense que l'année prochaine, je repasserai commande;-)

Xoxo.

jeudi 26 juin 2014

105*

La semaine dernière, je passe en ville à l'occasion de mon "mercredi travaillé". Et mon regard est interpellé par un portant de... Z, l'enseigne pour kids.

Si cela m'est arrivé de porter des vêtements pour enfant, je le fais de moins en moins, car mes hanches s'élargissent, et mon ventre s'arrondit;-) Non, cette fois-ci, c'est un Tote bag qui a attiré mon attention.


4 euros 99, intégralement reversés à la Croix Rouge. Je n'ai pas hésité une seconde, et depuis j’arbore mon nouveau combo sacs de l'été;-)

Xoxo.

mercredi 25 juin 2014

104*

Le temps d'une respiration, avant de replonger dans le travail pour encore deux semaines et demie, je m'arrête ici.

Dans mon dernier billet, je disais que j'avais déjà commencé mes achats pour ma capsule d'été. Ma garde-robe d'été est déjà extrêmement fournie, ce qui est curieux, car j'habite dans une région assez fraîche, où l'ensoleillement peut être très réduit (mais exceptionnellement, pas cette année). On pourrait donc croire que je peux me satisfaire de peu mais non. Les tentations sont trop fortes.

J'ai envisagé un temps de ne RIEN acheter. Un temps seulement. Puis je me suis dis que comme j'avais ce qu'il fallait en pantalons et en hauts, je pouvais faire un planification sur ce que je n'avais pas et qui m'avait manqué les autres années.

Cela n'a pas empêché que le premier achat de la saison soit un total craquage :

des sandales Salwater, coloris Tan.

Je les ai choisi ici, commandées le lundi elles m'étaient livrées le vendredi matin. Je les adore, la taille choisie correspond parfaitement à ma pointure. Je les porte aussi bien avec une robe qu'un pantalon, et je me fais violence pour ne pas les porter tous les jours. Une perfection de minimalisme.

Je ne regrette absolument pas d'avoir cédé à cette envie, car j'ai vraiment trouvé une paire de sandales qui me correspond parfaitement.


Aujourd'hui, jour de soldes, je reste à la maison. D'ici quelques jours, j'aimerais bien mettre la main sur les dernières pièces que je convoite. Mais je garde encore le secret... Soyez raisonnables!

Xoxo.

dimanche 15 juin 2014

103*

"Une règle simple : quand une envie naît soudainement, c'est qu'elle n'est pas nécessaire. Ce qu'il faut garder à l'esprit, c'est que chaque fois que l'on achète, on déclenche une envie d'avoir plus : on craque sur une robe, puis on veut les escarpins pour aller avec et ainsi de suite. La réflexion est la clé. Il ne faut pas hésiter à dresser une liste détaillée de ses besoins. Je ne fais du shopping que deux fois par an, j'ai donc six mois pour y réfléchir !"

Béa Johnson (auteur du livre "Zéro déchet" et du blog Zero Waste Home) dans le magazine "Be".

Cette citation, extraite de cet article de L'armoire essentielle, a eu une résonance particulière pour moi. Ici en effet, il y a quelques jours, je me plaignais d'être régulièrement assaillie d'envies. Ça peut être une par jour, parfois plusieurs par jour, mais souvent, en toute honnêteté, tous les jours. Ces envies sont pulsionnelles (c'est peut-être un pléonasme, ce que j'écris, en fait), elles émergent après un tour de Net, après un tour en ville, après avoir vu quelqu'un, après un caprice de la météo, ou alors, plus pervers encore, après avoir associer des vêtements auxquels il manque "quelque chose" pour finaliser la tenue. Parfois, elles s'enchaînent si vite chez moi qu'elles me donnent la nausée.

Je prends beaucoup sur moi (Pauvre Fille, hum...) J'ai diversifié mes lectures et je les ai orienté davantage vers ces expériences de consommation raisonnée et de recherche de simplicité. Je planifie mes achats. J'ai déjà réalisé les 3/5 de mes achats d'été, je réserve le reste pour les soldes, mais je sais déjà ce que je vais acheter.

Tout ça pour dire que je note depuis quelques jours, dans un carnet, les envies qui m'assaillent, et j'ai décidé de les partager sur ce blog, dans la rubrique "Envies". Juste pour voir...

Allez, ça commence aujourd'hui. Alors cette semaine, j'ai eu envie...


... d'un duffle-coat, d'une frange et d'un cardigan à passer sur mes robes. J'ai rajouté la photo d'Alexa Chung en duffle-coat me demandant si cette image n'était pas à l'origine du duffle-coat, mais je ne crois pas.

Je suis une fille à duffle-coat. Cette année, j'ai réussi à me recentrer sur mes envies, et les vêtements que j'aimais porter. Le duffle-coat c'est MA pièce. C'est le manteau que j'aime porter depuis que je suis toute petite. Étudiante, j'avais mis 600 francs dans mon premier duffle-coat. J'en ai toujours un dans mon placard, mais maintenant, j'aimerais bien en avoir un beau. C'est comme le foulard Hermès, ça viendra un jour. Le rêve de ma mère, c'était d'avoir un long manteau camel MaxMara, et je me souviens encore du jour où elle l'a acheté. La frange, ça va ça vient. Mais je crois que je me trouve trop vieille pour ça. Le cardigan, ben ça date d'hier, je ne trouvais rien qui matchait avec ma robe. Finalement, je porte un cache-coeur écru Gérard Darel qui a huit ans, et j'en suis très fière.

Tout passe. Je trouve que ça me distancie d'elles, de poser ainsi mes envies. Bon, va savoir.

Xoxo.

samedi 14 juin 2014

102*

Cet été, j'me lance.


Je porte des robes. Cela ne va pas de soit, pour moi, les robes en été. Si je les adore l'hiver avec un bon collant opaque et des bottes cavalières, l'été elles font ressortir beaucoup trop de contraintes et de complexes pour que je les porte avec plaisir.

Il y a d'abord la question de l'épilation. J'ai horreur de me raser, les créneaux  se réduisent donc de fait. Il y a ensuite la question "d'oser montrer ses jambes", bien blanches, avec mes genoux, moches comme tout (je n'aime pas du tout mes genoux).

Mais voilà, je trouve ça drôlement joli, les robes. Il y en a de toute sorte, ma faveur va aux pièces en lin, à la taille Empire. Et certaine sont si bien taillées que lorsque je les passe, elles me tombent parfaitement. Une petite paire de sandales et me voilà habillée. C'est féminin, et souvent élégant, certaines sont un peu désuètes, et j'aime ça aussi. C'est le vêtement préféré de ma mère.

Je me suis  achetée celle-ci il y  a deux ans, et je l'ai portée au mariage de mon frère. L'année dernière, j'ai trouvé une jolie perle noire en coton avec une broderie sous la poitrine. Et cette année, j'ai aperçu de sublimissimes pièces dans le magasin Coton Bio de ma ville.

Alors, j'ai réglé la question des poils par l'achat d'un épilateur électrique. Mes poils se cachent rien que de l'entendre démarrer. Un petit coup tous les soirs, et me voilà le mollet imberbe. J'ai aussi enfin compris que je ne lutterais contre le syndrome de la Jambe Blanche qu'en exposant lesdites jambes. C'est sûr qu'à l'abri derrière mes pantalons ou mes leggings, elles ne risquaient pas de faire une overdose d'UVA/UVB. Enfin, j'offre à mes jambes le tandem gommage-hydratation pour les rendre les plus appétissantes possible.

On est bien, en robe;-)

Xo.

vendredi 13 juin 2014

101*

Pfuit, en ce moment, c'est un peu la course...

...mais je m'accorde toujours un petit tour du Net, même si je renouvelle un peu mes fréquentations;-) Et s'il est un blog dont je guette les publications, c'est bien celui-ci :


Chez Jeanne-Aurore et Laure, je retrouve les réflexions qui me traversent, les hésitations qui me secouent, et parfois aussi, les petites culpabilités qui me rongent. J'aime leurs références cinématographiques, et leur manière de parler d'un film à travers le prisme du costume ou des accessoires. Ce blog est une vraie découverte, que je dois à Charlotte de Balibulle, dont je suis, également avec attention, le virage minimaliste entamé depuis quelques mois.

Xoxo.

vendredi 30 mai 2014

jeudi 29 mai 2014

99*

Alors, comment vous dire...

Un grand bonheur est entré dans ma vie.


Je ne vais pas remonté à la genèse de cette envie, puisque que franchement, je ne sais pas trop quoi en dire. L'année dernière, mon homme a trouvé une chouette 102 sur le Bon Coin. C'était marrant de le voir prendre du plaisir sur sa mobylette, mais j'avoue que moi, humpf, je suivais ça un peu de loin. J'ai fait de petits tours dessus, un peu mal à l'aise d'abord, un peu grisée ensuite, et puis c'est tout. Mon jules a revendu la sienne à l'automne, et je n'ai plus repensé aux mobylettes jusqu'au printemps. Alors, avec mon homme, on a évoqué l'idée de m'en prendre une, idée que je l'ai finalement rejetée, craignant que ce ne soit qu'un désir de plus à assouvir.

Et mardi dernier, mon homme est rentré du travail avec cette glorieuse dame de 1962. Si vous saviez comme elle est belle... Je l'ai essayé hier, j'ai besoin de prendre de l'assurance et l'homme trouve que je "guidonne" un peu, mais, grande fierté, j'arrive à la démarrer "à la poussette". J'ai commandé mon casque, on doit l'immatriculer et l'assurer. On a prévu de lui faire subir une petite visite technique, et moi je me donne le mois de juin pour la nettoyer.


J'ai prévu quelques travaux "esthétiques" (changement des garnitures de poignées, des optiques, peut-être des pédales et remplacement d'un autocollant), mais je n'irai pas plus loin dans la restauration.

J'ai hâte, hâte, hâte d'avoir mon casque, pour aller chercher mon pain et cruiser sur le front de mer.

Xoxo.

mercredi 21 mai 2014

98*

Oui, un smoothie. J'ai eu envie à ça, aussi 0_o


Parfois, j'vous jure, je voudrais vraiment que ça s'arrête.

Juste une semaine, sans avoir envie de rien. Et puis, le temps passant, me rendre compte que j'ai oublié le code de sécurité au dos de ma carte bleue. Ce serait plutôt bon signe, ça, non?

Depuis une semaine, j'ai eu envie : d'un réflex argentique, d'une sangle pour ledit boîtier, de vernis Kure Bazaar, d'une Mobylette(?!), du Glow Maximizer de Dior, d'un maillot une-pièce noir, et d'une paire de Saltwater. Vous ne pouvez pas vous imaginer comme j'ai honte.

Pourtant, mon esprit devrait être occupé par mon travail (je suis en pleine mutation professionnelle, quand même), par ma famille (le mois de mai est un mois d'anniversaires), par mes kilos qui n'en finissent pas de faire gonfler mon ventre, voir même par mes ongles que j'ai tellement envie de voir pousser.

Mais non, il suffit d'une visite sur un blog pour que tout de suite ma machine interne à désirs se mettent en branle. Non, en fait, pour l'enlumineur Dior c'est le version Fémina de dimanche dernier, et pour la Mobylette, c'est la côte avant d'arriver au village voisin qui est juste un peu trop raide pour l'aborder à vélo. Ce serait injuste de n'accuser qu'Internet comme déclencheur d'envies. Mais là, ouf, j'ai juste envie de me poser et de profiter de ce que j'ai.

Ici, il y a quelques semaines, je me lançais le défi d'une abstinence : celle du clic chez les autres. Un Carême de la blogosphère. Bon, je ne suis jamais revenue sur cet article. Ce qui résonne, vous vous en doutez, comme un aveu d'échec. Je n'ai JAMAIS cessé de rendre visite aux autres. Et je n'en ai pas envie ! Je pense que c'est un tort de rendre responsable les autres blogs de mes pulsions d'achats, et à chaque fois je repense à toutes ces chouettes découvertes ou expériences que j'ai faites suite à une inspiration 2.0. Je continuerai donc mon petit tour, le soir, juste avant de me mettre devant la télé. Et si je reste sur ma faim, je mettrai à jour mon Tumblr (j'adore mon Tumblr, on pourrait croire que c'est un truc tout vide, mais non, le simple agencement de ces images représentent pour moi la quintessence de ce qui me plait).

Enfin, j'ai également remarqué que je suis moins dans "Avoir" lorsque je m'investis davantage dans "Être". Si je m'investis dans mon travail et ma vie de famille, si je me laisse à nouveau happée par la photo ou que j'aligne juste quelques rangs sur ce snood devant une série, mon esprit est moins tendu vers l'envie. Je me satisfais de ce que je suis, je suis satisfaite de ce que je réalise et ce que je fais est source de plaisir.

Aller, je retourne au boulot.

Xoxo.