mardi 28 juillet 2015

162*

Le mois de juillet se termine,et j'ai le moral dans les chaussettes. Les vacances à Gâvres sont déjà loin, il fait un temps de chien, et mes emplettes de l'été sont toutes moisies.

C'est le bon timing pour faire un point sur ma valise de vacances. Parler chiffon me remonte toujours le moral.

Dès le moment où j'ai commencé à la faire, j'ai su que je ne toucherais pas la félicité de l'année dernière. Plus d'hésitation, moins d'anticipation. Et à la pratique, elle ne s'est pas avérée convaincante, loin s'en faut.

Je ne rentre pas dans le détail, la photo est suffisamment explicite. Critiquons donc ces insuffisances:

*il me manquait un autre short, ou une petite jupe facile. Même s'il ne faisait pas très beau, les vacances sont pour moi synonyme de jambes à l'air.
*Ma robe en jersey achetée l'année dernière a encore remplie son office, je reste encore plus réservée sur ma robe blanche achetée en soldes chez Esprit. J'ai regretté ma robe longue de l'année dernière.
*Mon vieux bootcut tire sa révérence. En le portant je me suis sentie moche, c'est un signe;-)
*Ces nus-pieds Roxy sont dans mon placard depuis... trois ans. Je voulais leur donner une dernière chance. Elles l'ont eu. Elles me font le pied lourd et dodu. En fait, je pense que les modèles montants, avec des lanières aux chevilles, me sont plus flatteurs.
*Impossible de mettre la main sur mes tongs en cuir. J'ai donc mis dans ma valise les Arizona de Birk', mes elles ne sont définitivement pas mon modèle préféré.
*J'ai dramatiquement oublié ma veste en jean.
*Quant à mes maillots, mon une-pièce imprimé paraît trop grand, et mon deux-pièces triangle Décathlon me lasse un peu.

Rien à dire quand au reste. En fait, j'ai porté essentiellement deux tenues : short/tee-shirt/marinière, et leggings/tee-shirt/chemise en jean. Elles matchaient parfaitement avec mes nouvelles Sébago.


Bilan mitigé, donc. Je dirais que  je manquais de choix pour tous les jours, je manquais de pièces pour sortir, et je manquais d'élégance en général. Après mon triomphalisme de l'an passé, je me rend compte que l'exercice de la valise ne va pas de soi.

Évidemment, je veux tirer des leçons de cet été:

*prévoir une petite jupe ou un autre short (blanc par exemple, ou noir).
*ne pas se louper sur le jean.
*les leggings sont une bonne idée, mais penser aux tuniques qui vont avec. Sinon, un pantalon fluide peut le suppléer.
*être intraitable sur les chaussures.

Voilà!

Xoxo.

dimanche 28 juin 2015

161*

Un peu hors-saison (quoique, certaines pièces viennent d'être lavées et rangées il n'y a pas très longtemps;-)), voici ma capsule de printemps :

♥Les vestes de transition : celles que je porte quand ça pèle encore un peu, mais que j'ai remisé les grosses laines, donc, un gilet-boule en laine, une saharienne et un petit caban.

♥Les vestes quand le printemps est vraiment là : un cuir (avec ou sans petite fourrure), une parka légère et une petite veste Marant-like (Ooh, ça va, si je peux pas me la péter...)

♥Les pantalons : il y en a plus qu'en hiver, parce que je ne porte pas de jupe au printemps. Tiens, c'est rigolo, ça. A voir à la prochaine demie-saison pour voir si je ne peux pas renouveler mon fond. Donc : un jean droit, un bootcut, un slim brut, noir, gris et corail.

♥Les tops : une chemise en jean, une blouse camel, une blouse à carreaux, deux marinières, un tee noir avec un cœur en strass, un tee gris.

♥Les pulls : un petit cachemire noir, memechtra en rouge, un cachemire rayé et un petit pull loose.

♥Les gilets : un kaki en coton très, très passé à double boutonnage, un petit sweat zippé, un gilet marron glacé, un noir à col châle, un cardigan en cachemire havane et un bleu marine.

♥Les cache-cous (ou petites laines qui réchauffent bien).

♥Les chaussures : comme pour les vestes, on passe de la cavalière aux chelsea boots avec la descente des températures.

♥Les foulards : un foulard en soie, un snood en laine, et un grand foulard en laine.

♥Les accessoires : le béret, un chapeau de pluie et ma besace de printemps.

43 pièces. Pas mal.

Xo.

samedi 27 juin 2015

160*

Je suis particulièrement ravie de vous présenter ma capsule de printemps 2015 :


Et pourquoi ravie, Madame? Et bien parce que j'ai TOUT kiffé, j'ai tout aimé porter, re-porter, encore porter.

1♥en number one, cette paire de chelsea boots en croûte de cuir, encore aux pieds jusqu'à la semaine dernière. Et plus je les porte, plus elles s'assouplissent. Un amour de chaussures.
2♥aAh, ce manteau-boule du marché... Mon meilleur ami de ce printemps. Quand je le regarde, j'en ai encore des frissons.
3♥l'inséparable du number one, ma peau de loup, comme disent les enfants. Elle est déjà sérieusement usée aux entournures, mais je suis certaine que je vais l'arborer jusqu'à ce que mort s'ensuive (la sienne, pas la mienne, hein!).
4♥mes Sarkoglasses. On s'apprivoise.
5♥l'amour en pschit. Coeurs dans les yeux.

Je vous dévoile un peu de la suite. J'avais bien planifié mes achats de l'été, j'ai donc profité des réductions et autres ventes privées avant l'arrivée officielle de la saison. J'annonce déjà que je ferai également une entorse à mes règle d'achats, car je souhaite profiter des soldes cette année (très raisonnablement, en quantité et financièrement, pas de craquage en perspective).

Quant à vous, soyez raisonnables!

Xoxo.

vendredi 26 juin 2015

159*

Hello les gens!
Bon, on enchaîne façon catalogue, parce que je n'ai pas le temps de mettre en ligne autre chose, et puis en plus je suis en retard dans la mise à jour de mes achats de printemps et qu'on est déjà en été...

Dernier achat du printemps donc :


J'ai profité de la Fête des Mères pour m'offrir mon parfum, Trésor de Lancôme, et l'introduire dans mes {cinq} de la saison. Après une longue période d'errances olfactives, je suis revenue -à ce sujet aussi;-)- à mes basiques. Avec l'arrivée des premières chaleurs, je suis repassée à l'Eau dynamisante de Clarins, mais à chaque fois que j'ouvre mon tiroir, je prends une bouffée de ce bonheur en vaporisateur.

Xo.

mercredi 3 juin 2015

158*

Certes, c'est un achat dont j'aurais pu me dispenser. Il est futile, uniquement motivé par l'envie.
Donc je l'ai planifié, et budgétisé.


Même si j'ai fantasmé à l'envi sur les "vraies" Aviator, j'ai choisi un modèle un peu moins imposant : les Gunmetal de Rayban. J'ai eu la chance, aux soldes d'hiver, de bénéficier d'une double remise sur ce modèle, car il n'est vraiment pas bon marché. C'est aussi pour ça que je me suis laissée tentée...

C'est rigolo, je ne les assume pas encore totalement (ma meilleure amie les appelle les "Sarkoglasses"). Je les ai portées pour une sortie en mer, mais pour l'instant, les Wayfarer ont encore ma préférence.

Un achat coup de coeur, quoi, un vrai.

Xoxo.

dimanche 31 mai 2015

157*

Plus d'un mois depuis ma dernière visite. Alors on va parler un peu de tout.

TOUT. VA. BIEN. Je traverse une période de félicité extrême. Je suis tellement heureuse, en ce moment, que parfois, cela me coupe le souffle. Alors, j'en profite, j'ouvre grand mes bras, et je prends tout ce que je peux.

Je suis en paix avec moi-même. Avec mon mari et avec mes enfants. J'ai trouvé une jolie place, et chaque jour j'essaie d'être meilleure que la veille.

J'ai perdu mes trois kilos, et mon petit ventre de femme-enceinte-de-cinq-mois. Sept ans que je le trimballais, celui-là. Alors, est-ce lié à ma conséquente diminution de consommation de produits laitiers? Sans doute, parce qu'en matière de changement, je n'ai introduit que celui-ci. Et il suffit que je me laisse tenter un peu plus pour que gênes et gonflements se répètent. J'ai juste supprimé les yaourts, et je consomme très raisonnablement le reste. C'est un vrai bonheur de retrouver mon corps. Je ne suis plus ni mince, ni tonique, juste une version un peu plus "tendre" de moi il y a dix ans, mais ça me va.

J'ai affiné mon regard sur ma garde-robe. En ce moment, c'est une vraie félicité. On s'achemine -sûrement- vers la garde-robe d'été, et j'ai porté avec plaisir toutes mes pièces de demie-saison. Mes {cinq} de cette saison sont achetés, avec plaisir. Attention, j'ai aussi pratiqué le retour, l'erreur d'achat est toujours possible, mais je n'hésite plus. Je ne fais plus de concession avec ma garde-robe. J'ai envie de chérir les pièces que j'achète et de les porter jusqu'à l'usure.

#nomakeup#laisserfaire, deux hashtags sur mon Instagram qui définissent en ce moment la relation à mes cheveux et celle que j'entretiens avec le maquillage. J'ai enfin trouvé une routine -minimaliste- pour mes cheveux (1 shampoing+1 huile+un coup de séche-cheveux+une noix de cajou d'Aloe Vera), et j'espère, j'espère être définitivement sur la voie de la repousse. Je me projette : moi dans un an (+15cm), moi dans deux ans (+20cm-ben oui, il faut intégrer un minimum d'entretien...-). Et je tenterais bien un abandon des colorations végétales. Je suis très curieuse de voir où en est la conquête des cheveux gris. Je sais que j'ai une grande mèche au-dessus de mon œil droit, et sur les tempes, mais je veux prendre la mesure de la situation, et aviser. Quant au maquillage, et bien j'ai dit stop. Et je mise tout sur une belle peau, des cheveux bien propres et brillants, de jolies boucles d'oreilles et un beau foulard. Je n'en ai toujours pas terminé avec mes problèmes de peau, le maquillage m'apparaît totalement superflu!

Bon, certes, il me reste l'ombre de mes mains. Ces mains aux ongles rongés qui me complexent énormément. On peut faire tout les efforts que l'on veut, ceux-ci sont réduits à néant dès que j'expose mes mains. C'est ma dernière conquête. Je suis certaine d'en retirer une très grande fierté, alors chaque semaine, je recommence, en me disant que cette fois-ci, c'est la bonne. Chaque tentative est un pas vers la rédemption. Je me projette : pour l'anniversaire de mon mari (dans quinze jours), la fête d'une copine (début août), mes 40 ans (dans sept mois), le mariage de ma soeur (l'année prochaine). Je ne fantasme plus sur des manucures garances, j'ai juste envie d'avoir des mains propres.

Alors voilà où j'en suis, et ce que je vis en ce moment.

C'est chouette. Je reviens très vite.

Xo.

mardi 21 avril 2015

156*

Parlons pieds, aujourd'hui.

J'ai parlé, ici, de mon plaisir pour les Chelsea boots. Et, lors des soldes, j'en ai profité pour acheter mes nouvelles chaussures de printemps. J'avais déjà une idée de ce que je voulais, j'aime bien les Chelsea boots comme chaussures de demie-saison. On y porte encore des chaussettes, ça protège du vent, de la pluie, sans rigoler, chez moi on peut les porter jusqu'en juin.

Mes noires ne sont pas encore trop usées, mais j'avais envie de quelque chose de plus léger. J'en avais vu chez Somewhere, mais finalement, c'est -à nouveau- chez Aigle que je les ai commandées.


Il s'agit du modèle Montaigu, en croûte de cuir. Elles n'ont pas la même forme que les précédentes : la tige monte moins haut sur la cheville, et sont un peu plus large sur le coup de pied. Leur semelle est discrètement crantée, et leur cuir s'assouplit au fur et à mesure que je les porte.

C'est vraiment une paire de chaussures-uniforme.

Je suis satisfaite de la manière dont évolue ma garde-robe au cours de ces derniers mois. J'ai moins d'envies, et lorsque j'ai des choix à faire, je me retourne davantage vers mes fétiches. Je suis une fille classique, avec une petite silhouette classique, qui n'aime rien temps que de glisser dans des vêtements simples mais de bonne facture. Ce classicisme, cet uniforme, est rassurant. Lorsque je glisse dans ces vêtements, ils disparaissent, et je suis juste moi. Je ne dis pas "Regardez mes chaussures!", ou bien "J'ai une nouvelle veste!", non, rien, je porte juste mes vêtements. Comme tout le monde, d'ailleurs.

Aujourd'hui, au marché, j'ai croisé une ancienne maîtresse de mon aîné. La dame est retraitée. Elle portait un jean auquel elle avait fait un revers, un manteau boyfriend marine chiné de rouge, des bottillons camel à lacets et une écharpe (elle m'a échappé, l'écharpe, son sac aussi d'ailleurs). Tout matchait. Comme d'habitude, elle était habillée de manière classique et chic, cependant casual, comme on dit. Je crois que moi aussi c'est ce que je veux. De la discrétion, de l'intemporel, de l'élégance, mais du confortable.

Xo.