lundi 15 décembre 2014

137*

Bon, c'est plié :


Un, deux, trois, quatre et cinq : voilà mes cinq achats de l'automne : du velours, du cachemire, du rose, des rayures et du noir. Ils résument assez bien la saison, je trouve, l'automne c'est une saison où l'on passe du nu-pied au cachemire, non?

Pour l'hiver, j'ai déjà quelques idées, huhu, mais je trouve que c'est la saison où je biaise le plus. Entre Noël, mon anniversaire et les soldes, j'explose LARGEMENT le quota des {cinq}, mais je n'arrive pas à me résoudre à faire rentrer mes cadeaux dans cette liste... 

A propos de liste, cette année, j'ai été diaboliquement raisonnable :


minimalist, isn't it ? Mais j'ai décidé de n'orienter les gens que vers des trucs dont j'avais absolument besoin ou follement envie (bon, j'aurais aussi pu mettre une Go-Pro et une lunette astronomique, mais voilà, il faut faire des choix).

J'ai hâte aux vacances. J'ai hâte de faire mes paquets. J'ai hâte de partager ces repas en famille.

Xoxo.

mercredi 10 décembre 2014

136*

Le femme de mon coiffeur tient un corner By Terry dans le salon. Et cet été, en pleine phase no make up, je me suis laissée tentée par ce blush liquide de la marque.


J'avais été charmée par l'article de Noémi sur le Tea to Tan, mais j'avais davantage envie d'un produit qui me servirait toute l'année (lorsque l'on rationnalise ses achats, on fait des choix).

Au début, on patauge. Ce blush est extrêmement liquide, et on s'en met plein les doigts. Mais, très rapidement, on maîtrise, et honnêtement, on ne peut pas se louper.

Le parfum est super agréable, ça marche été comme hiver, je le porte non-stop depuis juillet. Et aujourd'hui, ma routine maquillage est super-minimaliste : Touche Éclat en anti-cernes, poudre libre, blush et mascara.

Voilà, mes achats de l'automne sont terminés;-)

Xoxo.


mercredi 26 novembre 2014

135*

Chic, c'est mercredi! Ça veut dire que j'ai - un peu - plus de temps pour pouvoir poster quelque chose ici.

Alors voilà, nous sommes en automne, pleinement, avec son temps pluvieux et pas vraiment froid, mais un peu quand même, la saison des parkas légères, petits cabans et Chelsea boots. Vous avez pu constater que j'ai privilégié pour mes achats de saison des emplettes de complément. Rien d'absolument nécessaire, juste de quoi redonner un peu de peps à une capsule de saison bien portée.

J'anticipe à présent sur mes achats de l'hiver. Et une pièce s'est imposée :

la bottine fourrée.

Janvier, février et mars sont des mois de caillance absolue. Et j'ai toujours travaillé dans des lieux où un froid de gueux régnait durant ces longs mois d'hiver. Je garde des souvenirs de superpositions de Damart et de gilets, alors que je ne parvenais pas à réchauffer mes pauvres pieds. Et il y a la question des épisodes neigeux, sporadiques chez nous, mais qui posent la question de "Je mets quoi quand il neige???".

Il y a deux ans, j'ai acheté des bottes hautes Palladium sur Ebay, que je porte avec de grosses chaussettes irlandaises (une pointure supplémentaire).

Alors cette année, je me lance dans la quête des boots doublées. Voici ma petite sélection:


1♥ la Motarde Comptoir des Cotonniers : tige en mouton retournée. La classe.
2♥ des motardes Bugatti : marque inconnue, découverte par hasard sur le site de La Redoute. Pas trop hautes, et INTEGRALEMENT doublée d'une fausse fourrure. Le kif total. Une vraie tête de vainqueur.
3♥ les Biker boots de Boden (J'adore Julia Rebaudo). Elles avaient ma préférence, mais comme d'habitude sur le site de Boden, sold out le temps que je me penche sur leur cas.
4♥ un look plus grunge pour celles arborées par Coline. Et puis en noir, non mais hhaaannn, quoi...
5♥ et puis il y a l'e-shop de Aigle. Une marque en qui j'ai totalement confiance et qui colle parfaitement avec mon way of life.

C'est impératif. C'est hiver, je serai correctement chaussée.

Xoxo.

samedi 8 novembre 2014

134*

Bon, la photo n'est pas terrible, mais j'ai un peu la flemme de la refaire...


C'est sans doute mon dernier achat de l'automne... présenté car en fait, c'est de la triche, c'était mon premier achat. Avant même d'ailleurs que l'automne n'arrive, puisque je me suis offert cette marinière pour la rentrée.

Hum.

Rien à dire, elle est parfaite, et suffisamment différente des deux autres pour ne pas avoir le sentiment d'être habillée toujours de la même manière. Avec les bottes cavalières, la marinière est vraiment un de mes vêtements préférés.

Bon samedi!

Xo.

vendredi 24 octobre 2014

133*

Je reprends le cours de ma réflexion d'hier.


Qui suis-je? Où vais-je?

Non, sérieusement, je suis en train de me réapproprier beaucoup de choses. Je re-fais des choses qui sont bonnes pour moi, et je m'oblige à faire des choses, pour qu'elles deviennent des habitudes, car je sais qu'elles sont bonnes pour moi. Elles entraînent une satisfaction, un bien-être physique et/ou psychologique, et honnêtement, je me porte bien mieux.

J'ai recommencé à travailler.

Enfin, je n'ai jamais cessé de travailler, mais j'avais arrêter de placer mon job en priorité. Erreur. Le taf, c'est mon ADN. J'ai toujours été une bosseuse acharnée. D'abord, parce que je n'avais pas le choix, à la maison, c'était comme ça (mon père avait fonctionné ainsi toute sa vie, avec ma mère ils ne voyait pas comment il pourrait en être autrement), et puis très vite parce que j'ai aimé ça, et que j'ai compris que cela pouvait être la Voie de la Paix et de l’Émancipation. Du coup, j'y ai pris goût, et dans mes premières années professionnelles, ce fut mon seul loisir. Je ne me définissais QUE par le travail. Bon, j'ai toujours beaucoup lu, un peu écrit, et je n'ai jamais laissé tomber le cinéma, mais disons que je me réalisais pleinement avec mon boulot, et que ces dernières petites choses me permettaient de ne pas m'ennuyer pendant les vacances.

Et puis nous avons acheter une maison. Avec des travaux. Et les enfants sont arrivés. Et moi aussi j'ai eu envie de m'intéresser au maquillage/à la couture/au tricot/à l'aquarelle/à la photo/à la cuisine. C'est vrai, ça, c'est complètement naze, de ne penser qu'au boulot. Passionnée par son job??? Nan mais allô, quoi! Hein, instit', en plus!!!

-__-

Petit à petit, je me suis vidée de moi-même (je vous interdit de rigoler, pour ces derniers mots, mais aussi pour ceux à venir, merci). Mon job me satisfaisait toujours, mais... voilà, c'était juste mon job. La dingo branchée taf 7/7 avait fait feu. J'étais donc prête pour me remplir avec LE RESTE. La Vraie Vie, quoi.

Les loisirs. Et à ce niveau, je suis une touche-à-tout de génie. J'ai un master en dilettantisme, même. Je ne vais pas passer mon temps à cracher dans la soupe, j'ai passé du bon temps, et j'ai fais de chouettes découvertes. Mais je ne me suis pas découvert de talent (à part celui de pouvoir claquer plein de sous), et j'ai accumulé déceptions et frustrations.

Triste constat.

Je prends du recul depuis quelques mois déjà, et la rentrée est arrivée. Nouvelle école, nouvelle fonction. Je me lance dans le boulot à corps perdu, j'ai un mari à mes côtés qui me permet de m'éclater dans mes nouvelles responsabilités sans culpabilité.

Et j'aime ça. J'ai l'impression de redevenir moi-même. Ça me fait un bien fou. Je retrouve ma trilogie du plaisir (bosser/lire/dormir), et le reste du temps je le consacre à ma famille, et à la maison. Je suis allée au ciné coup sur coup, deux soirs de suite. Et ce week-end, on a des amis à manger.

J'ai encore plein de choses à dire, sur ce "changement de vie". Parce que pour moi, oui, c'est un changement. Mais j'ai déjà assez passé de temps devant mon ordinateur.

Xoxo.

jeudi 23 octobre 2014

132*

Je dirais bien que ça commence à aller mieux, mais... je ne veux pas aller trop vite. Alors la démonstration ci-dessous est peut-être à nuancer.


Réguler, voir stopper sa consommation frénétique, se retrouver maître de ses dépenses et occuper un statut de consommateur responsable, c'est ce à quoi j'aspire depuis quelques (deux, trois?) années déjà. Ça me rend dingue de voir que je suis obligée de faire de l'introspection pour parler de ma consommation, mais voilà, c'est comme ça, et ce petit coin de Toile est un élément comme un autre de cette plongée en moi-même.

Je n'ai pas toujours consommé en excès. Ce n'est pas dans mon éducation, et mes premières années d'émancipation étaient plutôt sobres, compte tenue de ma situation financière. Cependant, pour être tout à fait honnête, le terreau était là : le plaisir de la dépense, de l'achat cher (rouge à lèvre Lancôme à 16 ans), et comme c'était super-mal vu à la maison, je camouflais toutes mes emplettes interdites (paye ton plaisir, tiens...).

Tout a dérapé au cours de cette petite décennie (2006 2014), au cours de laquelle de grands changements personnels se sont couplés à des changements professionnels le tout mâtiné de changements physiques et métaphysiques comme la naissance de mes enfants, sur fond d'avènement d'Internet.

Aujourd'hui, j'ai pris du recul, mais le contrôle de ma consommation est devenu un élément de ma vie important. Un peu comme un hobby, en fait.  Mais ça va, ça me plait. Ce n'est pas évident de classifier ça comme "Centre d'intérêt", mais je ne vois pas où je pourrais le ranger d'autre. Du coup, j'en prends soin, de mon hobby. Je blogue dessus, j'y pense lorsque je cours, avant de m'endormir. Il y a juste que je ne sais pas comment le nommer. C'est un mélange de rehab, mais j'essaye aussi d'en faire un mode de vie, tout en faisant en sorte que ça reste discret. Je ne suis pas "passionnée de shopping", ni "passionnée de mode", ni "addict au fringues/au make up", mais j'adore mes vêtements, j'adore me lancer dans une chasse, ou porter un rouge à lèvres bien rouge.

Pfuit... ce billet est vraiment bordélique. En fait je voulais parler de comment j'avais trouvé du plaisir ces dernières semaines alors que je n'ai quasiment pas dépensé. Pas d'envies, rien.

Bon ben je n'ai plus qu'à revenir.

Xo.

mercredi 22 octobre 2014

131*

Ca y est, je suis repassée par la case "coiffeur".

Bon, je ne suis pas très bonne en selfie.

Ah lala, je l'attendais, ce rendez-vous, depuis trois semaines au moins. J'étais arrivée à la longueur moche, celle qui veut rien dire, qui n'a pas de personnalité, celle qu'on ne peut pas attacher. Et puis il a commencé à pleuvoir, et comme j'adore sortir la tête couverte, ces longueurs qui rebiquaient sous mon chapeau de pluie ont sonné le glas de mon projet de repousse.

Et je le dis bien fort : C'EST TER-MI-NE. Point final, la repousse, c'est fini. Je suis cette brunette à cheveux courts. Oui, c'est mon nouveau moi, je l'habite enfin. Florian, mon coiffeur, y est allé un peu plus fort que la dernière fois, mais c'était à ma demande, et j'avais envie de repousser mes limites. Je suis cependant restée sur mon envie de départ, "un court un peu long avec de la matière dessus et derrière". Un truc que je peux coiffer-décoiffer à l'envi, un truc qui se place avec un côté un peu rock quand même.

J'ai eu ce que je voulais, et la vie est belle. Depuis cependant, certaines petites choses ont changée.


Mon mari boude. Mes enfants, non. "OOoohh (coeurs dans les yeux de mon aîné) belle coupe Maman!"

J'essaie un nouveau produit coiffant : la crème de coiffage Morrocanoil. Il sent hyper bon, mais je reviens sur ce sujet (ne dévoilons pas tout).

J'ai sorti mes accessoires "coupe courte" : le lipstick bien rouge (n°999 de Dior, mon préféré), et mes Wayfarer.

Je peux porter mon chapeau de pluie, et mon bérêt (force 8, hier, le chapeau ne tenait pas, j'ai sorti le bérêt).

Je porte mes lunettes de vue plus rondes.

Par contre, je trouve qu'il est plus difficile d'arborer une bare face avec une coupe courte. Alors je suis en train de repenser ma routine make-up, et de mettre au point un nouveau maquillage des yeux.

Voilà, une bonne chose de faite. Maintenant, il faut que je m'y tienne. jesuisunefilleàchop jesuisunefilleàchop jesuisunefilleàchopjesuisunefilleàchop

Xoxo.